Fête des Bergers à Aramits – du 14 au 17 septembre 2017 Organisé par Rachelle & Pierre BULTEAU, récit de Dominique & Jean-Pierre CHOSSE

Rachelle et Pierre Bulteau ont eu l’exellente idée de proposer aux membres de notre club une semaine dans les Pyrénées Atlantiques afin de participer a la fête des bergers à Aramits (du 14 au 17 sept)

 

Le 13 septembre, le camping d’Aramits ou nous passerons 5 nuits acceuille nos 15 équipages. Un apéro nous donne l’occasion de faire connaissance et de préciser les différentes activités à venir. Ce petit village de la vallée de Baretous organise depuis une trentaine d’années la fête des bergers, grâce a une équipe de bénévoles dévoués et efficaces, menée par le truculent Joseph, personnage local incontournable, homme a tout faire d’Aramits, tant pour l’organisation que pour l’animation.

 

Le 14 septembre, de bon matin, une dizaine de courageux montent a l’estive afin de ramener les troupeux de brebis dans la vallée avec les bergers. Le temps, très clément la veille, s’est gâté et la pluie s’est invitée, ce qui rend cette randonnée plus difficile et périlleuse. Le reste du groupe, moins téméraire, se contente de monter au devant du troupeau, par des chemins plus accessibles. Quel plaisir d’entendre les clarines et de voir arriver le troupeau ! Le soir, nous participons au souper du berger à la salle des fêtes, animé par Joseph et des groupes de chanteurs.

 

Le 15 septembre, nous découvrons la région grâce à une randonnée en forèt encadrée par un guide de l’ONF qui nous fait découvrir la flore locale et nous explique comment l’ ONF travaille à la préservation des espèces et du paysage. Le soir, un loto doté de très beaux lots réunit beaucoup de monde sous le chapiteau géant monté pour la fête. Malheureusement, aucun membre de notre groupe n’a été chanceux.

 

Le 16 et le 17 septembre, le village est noir de monde, et les animations nombreuses : marché artisanal, chants, danses, exposition du matériel agricole d’antan, défilé dans les rues avec les troupeaux de vaches, de brebis, de chèvres, des danseurs en costumes traditionels, des échassiers, tracteurs anciens …

Le samedi soir, un repas spectacle réunit sous le chapteau près de 800 convives. Le concours de chants traditionels, en béarnais ou basque (attention il ne faut pas mélanger !!) voit s’affronter une douzaine de groupes. Soirée très conviviale, animée par Jean Lassalle (député maire d’un village voisin et ex-futur président de la république !!!) qui meuble les temps morts avec ses histoires drôles et nous fait passer une super soirée.
Le dimanche ( après messe en plein air, défilé, apéro offert) pour clore les festivités, nous assistons au concours de chiens de bergers : le chien, suivant les ordres de son maître doit accomplir un parcours défini, avec des épreuves spectaculaires, le tout chronométré : impressionnant ! . Chapeau à cette petite commune pour leur sens de la fête et leur organisation !.

 

Le 18 septembre, nous quittons le camping d’Aramits sous la surveillance du directeur, qui craint que nos engins ne labourent son terrain (bien imbibé par les pluies) et allons a Ste Engrace visier la grotte de la Verna. Après un petit film de présentation sur la découverte de la grotte, 20’ en navette, nous parvenons a l’entrée du site. Bien casqués, nous parcourons les 660 m de galerie pour arriver dans la grande salle souterraine (250 m de diamètre, 194 m de haut, la plus grande salle souterraine au monde accessible au public) Notre guide nous explique les différentes étapes géologiques ayant mené à la naissance du site. Ensuite, sans tarder, nous faisons route vers Saint Jean Pied de Port et nous nous installons pour 2 nuits sur l’aire de camping cars très fréquentée. Joli village pittoresque , étape sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, avec sa citadelle, ses vielles maisons et rues bien animées. Certains profitent de la proximité de l’Espagne pour aller y faire quelques provisions.

 

Le 20 septembre, nous nous mettons en route pour la dernière étape de notre voyage, en direction du col de Ste Ignace , via Espelette. Il fait un temps idéal, et après avoir tant bien que mal garé nos campin-cars, nous prenons le petit train historique de la Rhune qui nous mène au sommet en 35’ à 9 kmh. De la-haut, la vue a 360° sur la mer et la montagne est époustouflante. La soirée d’adieu a lieu dans un restaurant à St Pée sur Nivelle autour d’un bon repas.

 

Merci beaucoup à Rachelle et Pierre de nous avoir permis toutes ces découvertes qu’ils ont parfaitement organisées.

Dominique et Jean-Pierre CHOSSE